pieds shiatsu

Traiter les rhinites autrement

Traiter les rhinites autrement

Traiter les rhinites autrement

Traiter les rhinites par la Médecine Traditionnelle Chinoise et la moxibustion japonaise

Rhinite allergique : qu’est-ce-que c’est au juste ?

La rhinite allergique (rhume des foins) est une inflammation chronique de la muqueuse nasale et affecte près de 40% de la population mondiale. Plusieurs facteurs en sont responsables : le changement climatique, l’amélioration des conditions d’hygiène notamment, mais également des facteurs héréditaires et génétiques, la pollution, le stress, l’alimentation.

Elle peut être provoquée par une allergie alimentaire (cacahuète, fruits de mer), par une piqûre d’insecte (abeilles), des médicaments (pénicilline), par les pollens de certaines plantes saisonnières ou bien encore la poussière, les acariens, les poils d’animaux.

La manifestation principale d’une rhinite allergique est une infection ou une irritation de la muqueuse nasale, provoquant une congestion et un gonflement des tissus.

Les symptômes de la rhinite allergique

Plusieurs symptômes sont facilement identifiables : nez bouché, éternuements, écoulement nasal, démangeaison du palais, yeux secs, rouges ou gonflés. Les patients peuvent également se plaindre de fatigue, perte de concentration ou troubles du sommeil. Des complications de cette rhinite allergique peuvent entraîner des sinusites aiguës ou chroniques, des otites, des troubles ou apnée du sommeil…

Une rhinite allergique est un facteur de risque dans le développement de l’asthme. En effet, rhinite et asthme seraient différentes facettes d’un processus inflammatoire plus large, touchant les voix aériennes supérieures et inférieures.

Ces dernières années, les rhinites allergiques seraient même plus fréquentes et plus sévères qu’autrefois, affectant la qualité de vie des personnes atteintes : troubles du sommeil, manque d’envie. On classe d’ailleurs ces rhinites comme étant faibles, modérées ou sévères, selon leur impact sur la qualité de vie du patient en termes de sommeil, travail et concentration.

Les principaux traitements utilisés sont les médicaments, l’immunothérapie, et … éviter les allergènes. Les médicaments (antihistaminiques, corticoïdes…) entraînent des effets secondaires et ont tendance à être moins efficaces avec le temps. D’autres approches semblent donc nécessaires.

 

Les allergies d’après la conception de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC)

Selon l’approche de la Médecine Traditionnelle Chinoise, une personne allergique est considérée comme une personne dont l’organisme n’est pas capable de repousser l’agent pathogène « Vent », notamment parce que l’énergie défensive « Wei Qi » est trop faible à ce moment-là.

Ce Vent externe pénètre alors dans les poumons, ce qui provoque des symptômes au niveau du nez, des bronches, des yeux, de la peau.

Il existe, bien sûr, comme en Occident, différentes causes à l’allergie : pollution, tabac, stress, médicaments… qui viennent compléter les prédispositions génétiques.

Les causes des symptômes allergiques :

Mais alors qu’en médecine occidentale l’allergie résulte d’une « rupture » de tolérance aux antigènes environnementaux, avec mise en place de mécanismes de défense, en médecine chinoise traditionnelle, l’allergie résulte essentiellement d’une désadaptation : l’organisme ne sait plus s’adapter aux « agressions » extérieures, et se laisse envahir.

Comme nous l’avons vu dans l’article « Garder la Vitalité de l’été », l’organisme humain reçoit une Energie ancestrale transmise par les parents (notre bagage chromosomique), puis extrait au quotidien l’énergie nécessaire à son fonctionnement à partir de la nourriture, des boissons, de l’air qu’il absorbe. Bien manger, bien respirer et faire de l’exercice modérément et régulièrement concordent donc à l’apport énergétique régulier. Ainsi paré, l’organisme est fort et solide.

Mais si l’Energie défensive vient à faiblir (parce que l’organisme doit trop souvent s’adapter à de nouvelles situations, parce qu’on est entouré de bruit, de stress, parce que des « maladies » (énergies perverses, en médecine chinoise) nous attaquent), alors l’organisme est affaibli et incapable de repousser une agression d’énergie saisonnière « Vent ».

Attaque de « Vent »

 

Le Vent externe attaque essentiellement le haut du corps : voies respiratoires. Les Chinois disent qu’il pénètre dans l’organisme par les premières vertèbres dorsales. Les zones touchées par les allergies sont ainsi les yeux, la muqueuse nasale, la peau, les bronches.

Les symptômes sont volatiles, changeants. De même, ils varient selon les patients.

Ainsi, nous voyons que le Vent, qui n’est pas en lui-même pathologique, peut le devenir s’il pénètre dans un organisme affaibli.

Après avoir atteint les yeux, le nez, il pénètre plus profondément dans le corps à travers le réseau des canaux énergétiques (méridiens) et peut toucher les organes.

Un Vent interne, lié à une déficience du yin du Foie ou des Reins par exemple provoquera plutôt des allergies cutanées : atopie, urticaires.

Etant donné la complexité du réseau des méridiens qui parcourent tout l’organisme, l’ « énergie perverse » (allergie) se manifeste par des éternuements au niveau du nez, une fatigue et un manque d’envie si les méridiens liés au cerveau et au psychisme sont touchés par exemple.

 

Comment l’organisme se défend 

Nous avons vu que si l’énergie défensive (Wei Qi) n’est pas capable de repousser les énergies perverses (Vents externes), les allergies atteindront différentes zones, et iront jusqu’au Poumon.

Nous avons vu également que l’organisme puise sa force dans l’alimentation et l’air qu’il respire. Donc un individu vivant dans une atmosphère polluée ou mangeant mal risque manquer d’énergie, de force, pour lutter contre ces agresseurs externes.

Pour avoir un système de défense imperméable à l’invasion d’énergie perverses, si nous ne pouvons pas agir sur l’héritage parental, l’énergie ancestrale transmise par nos parents (notre bagage chromosomique), stockées dans le Rein, nous pouvons participer à la lutte contre les « maladies » de plusieurs façons.

  • En ayant toujours conscience que la nourriture que nous absorbons est là pour nous apporter le plus de « carburant » possible. L’énergie retirée de ces aliments permettra à notre corps de se mouvoir, mais aussi à nos cellules de fonctionner correctement, à notre sang de circuler à travers le réseau de vaisseaux sanguins pour nourrir toutes les parties du corps.
  • En recevant des soins permettant aux différentes énergies de bien circuler pour bien protéger le corps (shiatsu, moxibustion japonaise, acupuncture)

Ainsi nourri et soigné, l’organisme présentera alors une harmonie énergétique interne capable d’éliminer toute énergie perverse externe sans en être atteint !

Cela explique certainement pourquoi certaines personnes sont sujettes à des allergies saisonnières et d’autres non. Car ce n’est pas le pollen (ou les cacahuètes, ou les fruits de mer) en lui-même qui est en cause. Sinon toutes les personnes en contact avec le pollen (ou les cacahuètes, les fruits de mer) tomberaient malade à leur contact !

Pour la Médecine Traditionnelle Chinoise, c’est donc soit une perturbation de l’énergie défensive, incapable de repousser l’assaut des « Vents » externes, soit une atteinte constitutionnelle ou acquise des organes Poumon, dont les fonctions n’ont pas le pouvoir de résister à l’action des éléments de l’environnement qui sont responsables de l’apparition des allergies chez un individu.

Dans les deux cas un shiatsu ou une séance de moxibustion japonaise au cabinet aide à réguler efficacement ces troubles.

 

La moxibustion japonaise joue un rôle important dans la prévention et le traitement de nombreux troubles. Il s’agit d’un traitement naturel de certaines affections chroniques et sévères, qui agit en stimulant des points d’acupuncture avec l’énergie thermique provoquée par la combustion de petits cônes d’armoise sur ces points. La moxibustion régule les fonctions immunitaires du corps via l’immunoglobuline cytokines et les organes liés à l’immunité : canal thoracique et rate.

Au cabinet, j’utilise la moxibustion japonaise pour traiter les rhinites allergiques. Cela permet d’améliorer les symptômes et d’éliminer fatigue, maux de têtes et troubles de la concentration liés à ce rhume des foins. La moxibustion japonaise permet de renforcer les barrières naturelles de l’organisme et de traiter précocement les symptômes des rhinites allergiques.

Cet article vous a plu ? Suivez-nous sur Facebook  pour recevoir davantage de conseils 

Nelly LAPIERRE – septembre 2018