pieds shiatsu

Découvrir la Moxibustion japonaise

Découvrir la Moxibustion japonaise

Depuis quelques temps déjà je pratique la moxibustion japonaise au cabinet…Qu’est-ce que la Moxibustion japonaise ?

La moxibustion consiste à élaborer des petits cônes d’une plante sèche et traitée (l’armoise) que l’on applique sur des points précis du corps du patient, avant de les faire brûler. La chaleur et l’énergie qui se dégagent pénètrent alors dans le corps et rétablissent la libre circulation des flux sanguins, nerveux, lymphatiques et énergétiques dans le corps, en même temps qu’elle détend la zone qui se trouvait congestionnée.

Que veut dire « moxa » ?

En japonais, l’armoise se dit « yomogi » quand elle est fraîche, et « mogusa » quand elle est traitée, c’est-à-dire après avoir été ramassée, séchée au soleil, puis découpée en très petits morceaux, avant d’être moulée dans un moulin de pierre, tamisée et battue.

C’est ce mot « mogusa » qui est devenu « moxa » en occident,donnant lieu à une nouvelle pratique thérapeutique : la moxibustion.

 

Rencontre du spécialiste européen de la moxibustion japonaise : Felip CAUDET

Les 16 et 17 septembre derniers, je suis allée à Barcelone me perfectionner dans cette discipline japonaise très ancienne. J’avais hâte de rencontrer Felip CAUDET, spécialiste de la moxibustion japonaise en Europe.

 

 

 

 

Son séminaire sur deux jours était très complet, très intense et très instructif. Il s’adressait à des praticiens de Médecine Traditionnelle Chinoise. J’étais la seule praticienne Shiatsu, parmi des acupuncteurs espagnols. C’était très enrichissant.

Moxibustion japonaise au cabinet

De retour à Bordeaux, je continue à pratiquer cette technique et profite de ce bref article pour vous faire découvrir cette thérapie somme toute assez peu pratiquée dans le monde.

Moxibustion « directe » ou « indirecte » ?

La moxibustion japonaise diffère de la moxibustion chinoise par la qualité de l’armoise utilisée, mais surtout par la façon d’appliquer l’armoise sur la peau. Au Japon, des scientifiques ont démontré l’efficacité accrue de la technique si on applique DIRECTEMENT le cône sur la peau. Sans interposer de sel, de gingembre, tranche d’ail ou autre isolant entre le cône et la peau.

On parle alors de moxibustion DIRECTE.

 

Physio-pathologie et moxibustion :

=> chimie du sang modifiée &

=> meilleure défense immunitaire !

 

Pourquoi appliquer le moxa directement sur la peau plutôt que de mettre un quelconque isolant ?

Les découvertes du Docteur Hara : les bienfaits de la micro-brûlure

Ce scientifique japonais a effectué des recherches sur les effets de la brûlure sur la chimie du sang, et a démontré qu’une micro-brûlure de la peau lors de l’application directe des cônes d’armoise sur la peau produisait :

  1. Une augmentation des niveaux de fabrication des lymphocytes.
  2. Une augmentation de l’activité phagocytaire des lymphocytes.
  3. Une augmentation de la vitesse de coagulation
  4. Une augmentation du niveau de Calcium dans le sang
  5. Une augmentation de la capacité de production des anticorps[1].

 

Un autre japonais, le Docteur Abo, immunologue, a lui démontré qu’il existait une relation entre le système nerveux autonome et le système immunitaire.

Ainsi, les lymphocytes répondent au système nerveux autonome et au système endocrinien par le biais de neurotransmetteurs : histamine, sérotonine, et d’autres peptides cérébraux.

Ces neurotransmetteurs agissent en tant qu’immunostimulants ou immunosuppresseurs de la réponse inflammatoire.

Dans le cas d’une maladie, le corps va réagir en déclenchant un programme réactionnel face au stress de l’agression : c’est le système sympathique qui s’actionne. Il en résulte des symptômes de toux, larmoiements, éternuements, par exemple, pour chasser l’intrus. Parallèlement, la zone atteinte s’endurcit pour se protéger. C’est ce que Felip Caudet nomme des indurations.

Or le Docteur Abo a montré que s’il existe une prédominance de la fonction sympathique : la capacité d’adaptation du système immunitaire diminuera.

=> Il est donc important de rétablir la dominance du système parasympathique pour augmenter la capacité du système immunitaire.

L’application directe de cônes de moxa va agir de différentes façons :

  1. en relaxant le corps, cela va permettre à la fonction parasympathique de reprendre le dessus.
  2. En détendant la zone endurcie face au stress, la moxibustion va permettre à tous les flux congestionnés dans cette zone de se remettre à circuler. Ainsi les influx nerveux, la circulation lymphatique, la circulation sanguine, mais également les flux énergétiques bloqués vont pouvoir circuler à nouveau.

Le corps, en retrouvant toutes ces fonctions, pourra lutter correctement et rétablir un état de santé.

 

Des traitements très variés !!

 

La moxibustion japonaise offre une grande diversité de traitements, selon la qualité de l’armoise utilisée, qui brûlera plus ou moins rapidement, la taille des cônes confectionnés, la façon de gérer la chaleur qui se dégage, mais également d’orienter dans quel sens nous voulons que se dirige l’énergie supplémentaire apportée par la chaleur du moxa.

Des cônes de taille différente pour un résultat différent

Cône de la taille d’un haricot : la chaleur restera à la superficie du corps et permettra de détendre certaines zones. En éteignant ces cônes dès qu’un tiers du cône est consumé, nous ne laisserons que peu de chaleur stimuler le corps. Le système nerveux ne percevra quasiment pas cette stimulation. Par contre les effets sur la circulation de l’énergie (Qi) seront très efficaces, que l’on choisisse de drainer l’énergie bloquée ou au contraire de supplémenter un Qi faible. Ces larges cônes agissent directement sur l’énergie que l’on appelle le Qi défensif, qui parcourt tout le corps, sous la peau.

 

Si nous confectionnons des cônes beaucoup plus petits, de la taille d’un grain de riz, la chaleur pénétrera alors plus profondément dans le corps. Les effets recherchés et obtenus par ces cônes seront différents :

  • apport énergétique,
  • amélioration de la circulation sanguine et lymphatique,
  • meilleure transmission neuronale,
  • élimination des indurations provoquées par le corps en réaction à un stress (fonction sympathique) et rétablissement de la prédominance du système parasympathique.

cônes de la taille d un grain de riz

 

 

Contrôler la combustion pour obtenir des effets différents

En occident, peu de patients aiment sentir la piqûre de la brûlure sur la peau. Il existe donc de multiples manières de gérer la combustion du cône pour éviter que la partie en combustion ne touche la peau.

On peut gérer la quantité d’oxygène qui se dégage en appliquant le pouce et l’index près du cône pour qu’il s’éteigne

On peut aussi choisir de taper sur le cône pour l’éteindre au moment choisi.

Bref, selon l’effet souhaité, la direction de l’énergie que l’on veut engendrer, il n’existe pas une mais de multiples façons d’envisager un traitement par la moxibustion.

Il y en a pour tous, et pour toutes les sensibilités !

 

La moxibustion directe utilise les mécanismes réparateurs et défensifs du corps.

 

Il existe une large gamme de soins possibles :

  • Stimulation des points du dos chargés du transport énergétique du Qi vers l’organe lui correspondant
  • Troubles articulaires non inflammatoires
  • Traitement généraux de cas chroniques en utilisant la capacité d’assainissement primaire du corps (fatigue chronique, fibromyalgie)
  • Traitement particulier de troubles aigus : céphalée, diarrhée, constipation, spasme gastrique, otite, laryngite, vertiges…

N’hésitez pas à me contacter si cette technique vous intéresse ! Je pratique la moxibustion japonaise au cabinet.

 

Cet article vous a plu ? Suivez-nous sur Facebook  pour recevoir davantage de conseils 

 

Nelly LAPIERRE – octobre 2017

[1] Felip CAUDET « Une introduction à la moxibustion japonaise »

One Response to "Découvrir la Moxibustion japonaise"